Un long chemin vers la vie

Publié le par Johanne

Je ne connaissais pas Raph, JB, Stefan et Vincent, ces quatre hommes qui ont perdu leur vie en vivant leur passion.
Et pourtant je me sens un lien étroit avec eux.
Je connais un de leur frère à qui je témoigne ici toute mon affection.
Et je connais leur milieu de montagnards, cette volonté incroyable de croire en notre toute puissance.

20 ans après la disparition de mon oncle et ma tante, emportés par une avalanche de glace lors d’une randonnée à skis, que me reste-t-il d’eux ? Des moments de pur bonheur, comme on dit aujourd’hui, les souvenirs de mes premières descentes à skis toute môme, les éclats de rire des premières sorties en hors piste, les bivouacs d’été, la bouffe lyophilisée, l’odeur du café au sortir de la tente, … Leur amour de la vie, qu’ils nous transmettaient généreusement, et toujours ce vide au creux de
l’estomac.

Le lien étroit que je ressens avec Raph, JB, Stefan et Vincent me renvoie à mes propres peines, mes propres pertes et mon infinie impuissance face aux injustices de la vie.
Et aujourd’hui, toutes mes pensées vont vers vous, les parents, les frères, les sœurs, les compagnes, les amis pour qui un long travail de deuil s’entame.

Les étapes du deuil sont multiples et à l’instar des champs de notre mémoire évoqués dans l’un des témoignages, elles ne sont pas égales.
Elles peuvent être rapides et violentes ou lentes et longues. Elles peuvent s’estomper et ne jamais revenir ou encore se revivre plusieurs fois.

Ces étapes passent par le déni, la tristesse, la colère et le marchandage, pour arriver à l'acceptation. Ce processus nous permet de vivre nos pertes dans nos têtes et dans nos corps. De les ressentir. Et
l'acceptation nous permet de vivre tout simplement.

Et il faut toute une année pour arriver à l’acceptation, il nous faut passer les quatre saisons au moins une fois, parfois plus, pour accepter ces drames. Le premier Noël sans eux, le premier printemps, les
premières vacances, le premier déménagement, la première sortie en montagne, puis le premier anniversaire de leur disparition.

Aujourd’hui vous entamez un long processus de deuil qui est le chemin vers la vie.

Courage et prudence, prenez soins de vous tout au long de ce voyage sur le chemin de vie.

Johanne

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article