Recherche des corps de JB, Raph, Stef et Vincent par l'équipe de Jean Coudray

Publié le par Comité de soutien aux alpinistes grenoblois

Après plusieurs dépêches fausses de l'AFP, voici la dernière, juste cette fois :


Alpinisme-montagne-France-Népal-disparition-Tibet,LEAD
 Français morts dans l'Himalaya: seulement 2 des 4 corps retrouvés (guide)

 LYON, 17 juil 2007 (AFP) - Le guide de haute-montagne à la tête de
l'expédition franco-népalaise dans l'Himalaya pour retrouver les corps
des alpinistes français, disparus en octobre 2006, a déclaré mardi à
l'AFP que seuls deux des quatre avaient été découverts.
 "Tous les corps n'ont pas été retrouvés, mais seulement deux", a
expliqué Jean Coudray, dans un entretien téléphonique, démentant une
information de Katmandou, selon laquelle les quatre corps avaient été
découverts, le 11 juillet, au pied de la montagne Ganesh Himal 7, à
cheval sur la frontière entre le Népal et le Tibet chinois.
 M. Coudray, qui se trouvait aux côtés des guides népalais au moment de
la découverte et leur a "organisé une sépulture", a souligné que "les
corps étaient en mauvais état, après une chute de plus de 1.000 mètres"
et qu'il ne lui avait pas été possible de les identifier".
 "Ils ont été retrouvés sur le versant népalais de la montagne", a-t-il
encore affirmé, réfutant une information de l'Association népalaise de
l'Alpinisme, selon laquelle les quatre Grenoblois seraient passés
clandestinement au Tibet.
 "Il y a un flou artistique sur le positionnement de la frontière, mais
d'après mes cartes, ils étaient sur le versant népalais de la montagne",
a assuré le guide.
 "On les a retrouvés à un endroit totalement différent de ce qui était
prévu, ce nous laisse penser que les quatre victimes ont dû devisser
très près du sommet et que les autres corps sont dans le même secteur,
mais sous des quantités de neige et de glace, car c'est un cône
d'avalanche", a poursuivi M. Coudray. "Ils étaient dans des conditions
de froid, de vent et de mauvais temps", a-t-il dit.
   Jean-Baptiste Moreau, Raphaël Perrissin, Vincent Villedieu et Stefan
Cieslar, quatre alpinistes "chevronnés", âgés de 28 à 36 ans, étaient
partis le 12 octobre 2006 pour l'Himalaya népalais. Ils avaient été vus
vivants pour la dernière fois le 13 octobre.
 De son côté, le père de Raphaël, Gérard Perrissin, a formellement
démenti l'information selon laquelle les quatre faisaient partie des
"montagnards occidentaux qui rechignent à payer, notamment au Népal, les
laissez-passer aux prix jugés exorbitants".
 "J'ai sous les yeux la facture retrouvée en octobre 2006 dans leur
tente, avec le ticket de carte bleue de 735 dollars", a-t-il affirmé à
l'AFP. "Ils ont payé deux permis, un pour le Paldor, auquel ils ont dû y
renoncer à cause du mauvais temps, et une autre ascension prévue plus
tard que malheureusement ils n'ont pu réaliser", a-t-il dit.
 "Ils n'avaient pas la volonté de tricher avec les permis, mais, ayant
dû renoncer au Paldor, ils étaient dans la quasi impossibilité
matérielle de revenir chercher un autre permis pour remonter vers le
Ganesh", a expliqué M. Perrissin.

 nd/DS

Publié dans dernières nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article